Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

Logo

Le site des sports de nature associatifs

Sport associatif «   La vie associative ne va pas de soi ! Elle se construit «   L’organisation de pratique sportive «  

L'organisation de la pratique sportive

La façon dont est conçue l’activité associative a un rôle prépondérant sur les pratiquants. Elle en fera des acteurs ou des consommateurs.

Quelques exemples à méditer :
  • Les pratiques du type maître /élève fréquentes notamment dans les arts martiaux ne conduisent-elles pas à la non implication des pratiquants ?
  • Dans les groupes de randonnée, on se plaint souvent de difficultés pour trouver des « meneurs » mais ne faut-il pas commencer par distribuer une carte par personne et à s’arrêter souvent pour consulter la carte ? Chacun pourra s'apercevoir alors que l’un des attraits majeurs de la randonnée est de trouver son chemin.
  • En escalade, grimper « en tête » induit un autre comportement que grimper en second avec quelqu’un qui prend les décisions, les responsabilités à sa place.
  • Dans les sports d’équipe, quel est (et quel pourrait être) le rôle de l’entraîneur, du capitaine (et pourquoi ce nom militaire ?), de l’arbitre ?
  • Les associations sportives ne fabriquent-elles pas elles-même, parfois, des « consommateurs » ? Les activités pour adultes (gymnastique d'entretien, aquagym, activités retraités, etc.) sont souvent organisées comme une prestation de service dont la seule différence avec le secteur marchand est son moindre coût.
La professionnalisation de l’encadrement
empêche souvent de jeunes pratiquants qui ne souhaitent pas en faire leur métier, de s’investir dans l’encadrement. Ne faut-il pas plutôt embaucher des professionnels pour des tâches de formation, de soutien aux jeunes animateurs, de coordination ? Les formations actuelles de type brevets d’état ou brevets professionnels souvent conçues pour développer des pratiques consuméristes ne sont évidemment pas les plus adaptées.

Les pratiques sportives sont extrêmement diversifiées. Le maintien d'activités d'encadrement bénévoles est tout à fait possible à condition de mettre en place tout un dispositif : animations en équipe, systèmes permettant le remplacement, incitation à l'auto encadrement, pratique par ateliers, formations sur le tas, soutien des animateurs débutants par de plus compétents, politique de formation continue, diversifiés, courtes, souples (on ne peut pas demander un investissement dans une formation professionnelle). Il faut aussi valoriser l'expérience plutôt que la formation théorique.
La même personne pratique souvent plusieurs activités ou change de sport de temps en temps (phénomène du « zapping »). Cela empêche incontestablement de devenir très « pointu » dans un sport (l'expérience c'est important) mais exploitons-nous réellement l'atout de la diversité omnisports ?
Dans leur très grande majorité, les pratiquants peuvent s'intéressent à leur activité. Ils l'ont choisie volontairement et, tout naturellement, ils ont envi de mieux comprendre ce qu'ils font, de progresser. C'est à partir de là qu'ils sont prêts à s'investir, à se responsabiliser, à se former. C'est à partir de là que des vocations d'animateurs naissent !

Le rôle des parents
dans l'activité de leurs enfants est un sujet complexe. Malgré quelques expériences réussies dans les pratiques de la petite enfance, les parents sont souvent au mieux tolérés comme spectateurs, au pire rejetés et aucune des formations institutionnelles d'animateurs d'activités enfants (scolaires, centres de vacances, de loisirs, sportives...) ne tiennent compte des parents !
Partager
Partager sur Facebook
Poster sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Référencer cette page
Surveiller
Fichiers récents